Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV

Le Coing

Le Coing est un fruit d’automne peu prisé par les consommateurs. Pourtant quel régal quand on sait le cuisiner ! 

Le Coing, ce drôle de fruit jaune, à la peau duveteuse, de la famille des rosacées, n’est présent sur les étals que pendant une courte période et toujours en petite quantité. Et pour cause ! Il n’existe pas de vergers commerciaux de cognassiers. En France, la production de Coings est assurée par de petits vergers ou des arbres isolés, situés principalement dans le Sud-est et dans le Nord-est du pays. Une bonne partie des fruits commercialisés provient également d’importations.

Mûr, le fruit est d'une belle couleur jaune et dégage un parfum très agréable. Sa peau rugueuse doit être dépourvue de taches marron et de meurtrissures. La présence d'un duvet qui s'enlève facilement en frottant ainsi que la fermeté du fruit sont des gages de qualité. Le Coing se conserve alors très bien plusieurs semaines. À condition de ne pas l’oublier dans une cuisine surchauffée mais de le conserver dans un endroit frais et aéré !

Du point de vue nutritionnel, le Coing se distingue par sa richesse en fibres (plus de 6g pour 100g de fruit). Il s’agit en partie de pectines, ce qui lui confère des vertus gélifiantes à la cuisson. Le Coing est aussi riche en tanins. Ces deux particularités expliquent très bonnes propriétés anti-diarrhéiques de ce fruit. Côté énergie, les Coings en eux-mêmes sont faiblement caloriques (28 kcal pour 100g). Par contre, leur mode de cuisson et leur préparation modifient fortement leur valeur nutritionnelle : environ 80 kcal pour 100g de compote, et jusqu’à 250 kcal pour 100g de gelée ou de confiture.

Le Coing est un des rares fruits qui se consomme exclusivement cuit tant sa chair est dure, granuleuse et astringente. En Orient, il est utilisé comme « légume », dans les tajines par exemple. Chez nous, bien qu’il puisse accompagner des gibiers ou des volailles (tranches de coing cuites à la vapeur puis poêlées), c’est surtout en version sucrée que nous le cuisinons. En compote, en confiture ou en gelée pour le plaisir de tous. Mais pour moi, c’est sous forme de pâte de Coing que le goût si particulier de ce fruit est le plus appréciable.

Gelée de Coing

Pâte de Coing

Ajouter un Commentaire



Anti-spam: complete the taskJoomla CAPTCHA