Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV

Les aliments enrichis sont-ils utiles ?

Qu’est ce qu’un aliment enrichi ?

De la vitamine D dans les produits laitiers, du fer et des cocktails de vitamines dans les céréales pour petit-déjeuner, de la vitamine A dans les margarines : l’enrichissement des aliments en minéraux et vitamines est une pratique désormais largement répandue.

Certains aliments sont des sources naturelles de vitamines et minéraux. Ainsi, les agrumes sont plus ou moins riches en vitamine C et les produits laitiers en calcium. Les fabricants n’ont de cesse de nous le rappeler si bien qu’il devient difficile de trouver un yaourt qui ne se proclame pas « riche en calcium ».

Mais, l’utilisation de ces mentions est réglementée : en dessous de certaines quantités de vitamines pour 100 g de produit, on ne peut plus dire que l’aliment est source de cette vitamine. Les industriels ont trouvé la parade. En ajoutant quelques pincées de ces micronutriments, les produits passent au-dessus des seuils réglementaires et peuvent communiquer.

Mais tout cela est-il bien utile pour le consommateur ?

L’enrichissement se justifie-t-il ?

Il faut rappeler qu’une alimentation diversifiée permet de couvrir les besoins en vitamines et minéraux. D’ailleurs, en France, les véritables carences ont aujourd’hui disparu dans la population générale.

Néanmoins, certaines personnes peuvent présenter de légères déficiences, dans des cas bien précis. Cela concerne :

  • des consommateurs qui suivent des régimes alimentaires non justifiés ou très déséquilibrés ;
  • des personnes qui font face à des restrictions alimentaires sévères pour des raisons économiques ou médicales ;
  • des femmes enceintes ou qui allaitent et qui, du fait de leurs habitudes alimentaires, peuvent ne pas couvrir leurs besoins;
  • des adolescents qui peuvent manquer de fer, en particulier les filles, ou de calcium

En 2003, l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments a identifié six nutriments pour lesquels l’enrichissement des aliments courants pouvait présenter un intérêt. Il s’agit des vitamines D, B6 et B9, du fer, du calcium et de l’iode.

Pourtant, on continue à trouver des aliments courants, notamment des céréales pour petit-déjeuner boostées aux vitamines B1, B3, B5, B12 et C, sans intérêt avéré pour le consommateur.

Pour en savoir plus sur les vitamines et minéraux : ce que nous apportent les aliments.

Existe-t-il des inconvénients
à l’enrichissement ?

Pour certains minéraux, par exemple, le fer et le calcium, ou certaines vitamines (A, D) des apports excessifs peuvent être néfastes. Or, compte tenu de nos habitudes alimentaires, un enrichissement massif de produits en vitamine A, fer ou calcium pourrait conduire à des dépassements pour certains consommateurs. Inutile donc de se précipiter sur les aliments enrichis...

L’enrichissement doit être encadré, notamment par la définition de quantités maximales d’ajouts de vitamines et de minéraux et par une limitation des aliments susceptibles d’être enrichis.