Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV

Les nourissons

L'allaitement maternel

L’allaitement est un moment précieux d’intimité entre une mère et son enfant. Il constitue également le mode d’alimentation idéal pour le nourrisson.

Le lait maternel contient en effet tous les éléments dont il a besoin pour sa croissance. 

Plus la durée de l’allaitement est longue, plus les bénéfices pour l’enfant sont importants. L’OMS recommande, dans la mesure du possible, un allaitement exclusif au sein pendant 6 mois.

Les atouts du lait maternel sont :

  • Une composition nutritionnelle qui évolue en fonction des besoins du nourrisson,
  • Des anticorps qui protègent l’enfant en l’immunisant progressivement des infections,
  • Des acides gras essentiels au bon développement du cerveau. 

Pendant toute la durée de l’allaitement, comme au moment de la grossesse, la mère doit veiller à son alimentation.  

L’hydratation de la mère est très importante. Il est indispensable de boire un litre et demi à deux litres par jour sous différentes formes : eau (de préférence faiblement minéralisée), lait, infusions,...  Bien sûr, l’alcool est à proscrire. 

Certains aliments comme le chou, l’ail, l’échalote, l’asperge donnent un goût au lait ou risquent de gêner la digestion de l’enfant. Il est donc préférable de commencer par les tester et de les éviter si l’on constate que l’enfant ne les apprécie guère. 

Recueillir et conserver le lait maternel


Les laits infantiles

bebe et biberonLe lait maternel est l’aliment de référence adapté aux besoins du nourrisson. Cependant, si on ne peut plus allaiter ou lorsqu’on ne le veut pas, les préparations pour nourrissons et préparations de suite (à base de protéines animales ou végétales) peuvent couvrir les besoins de bébé.

Afin de favoriser l’allaitement maternel, la réglementation prévoit que l'étiquetage de ces préparations pour nourrissons ne peut comporter aucune représentation ou texte de nature à idéaliser l'utilisation du produit.

En général, le choix du lait infantile se fait en accord avec pédiatre. Mais rien ne vous empêche de changer de marque quand il s’agit d’un lait infantile classique. Cependant, si après quelques jours votre bébé souffre de troubles digestifs, des ballonnements notamment, mieux vaut revenir au choix initial. Attention ! Il n'est pas recommandé de changer de lait pour un lait spécial (antireflux, hypoallergénique...) sans l'avis de votre médecin ou de remplacer un lait hypoallergénique par un autre.

Les laits ou préparations pour nourrissons (laits 1er âge) sont adaptés aux besoins nutritionnels spécifiques des bébés entre 0 à 6 mois. Lorsque commence la diversification alimentaire, les besoins évoluent et on passe aux laits ou préparations de suite (lait 2ème âge et laits de croissance).

La plupart des laits infantiles sont issus du lait de vache. Leur composition est soumise à un cadre réglementaire strict afin de répondre aux besoins nutritionnels des nourrissons en bonne santé. En particulier, la directive européenne 2006/141/CE impose des valeurs limites en ce qui concerne l’énergie, les nutriments et les acides aminés contenus dans les préparations. Elle prévoit aussi que les laits infantiles contiennent de très faibles teneurs en résidus de pesticides.

Faut-il avoir peur des laits infantiles ?

 

Attention ! L’Anses estime qu’il existe des risques liés à l’alimentation des nourrissons avec des boissons autres que le lait maternel et substituts. En particulier, en cas d’utilisation de « laits végétaux » (boissons végétales de type soja, amandes, riz, etc).

Pour des raisons variées comme des allergies, des intolérances ou par simple choix alimentaire, certains consommateurs se tournent vers ces produits ou des laits d’origine non bovine (lait de chèvre, de brebis, etc.).

L’expertise réalisée par l’Agence a montré que ces boissons de consommation courante ne permettent pas de couvrir intégralement les besoins nutritionnels spécifiques des nourrissons. L’Anses considère donc que ces produits ne doivent pas être utilisés, que cela soit à titre exclusif ou même partiel, chez l’enfant de moins de un an.

Voir aussi Ces laits qui n’en sont pas

 

La diversification alimentaire

Après une période qui va de la naissance à l’âge de 6 mois, où le nourrisson consomme exclusivement du lait, d’autres aliments peuvent être introduits de manière progressive. 

Attention : Une diversification avant  4 mois peut provoquer des allergies alimentaires

Au cours de la diversification alimentaire, une importante quantité de lait (2e âge) demeure indispensable.   

La clé d'une diversification réussie est de ne pas faire goûter au bébé plus d’un nouvel aliment à la fois. À partir de 6 mois, on introduit donc progressivement et dans cet ordre :

  • des purées de légumes (non salées, mais avec une petite noisette de beurre ou une petite cuillère d’huile)
  • des compotes de fruits (non sucrées)
  • de la viande ou du poisson mixé
  • et de nouveaux produits laitiers comme le yaourt ou le fromage blanc nature.

 

A partir de 8 mois, on peut intégrer des féculents. D’abord du pain, puis des pâtes, du riz, de la semoule selon les capacité de déglutition et de mastication du bébé…. 

Le tableau suivant donne quelques repères simples pour une diversification réussie. Ces repères sont fournis à titre d'exemple. N’hésitez pas à demander conseil à votre pédiatre pour des menus adaptés à votre bébé.

 

De 6 à 8 mois De 8 à 12 mois De 12 à 24 mois
Fruits Cuits mixés Cuits mixés Cuits ou crus
Légumes Cuits en purée lisse Cuits en petits morceaux Cuits ou crus en petits morceaux
Viande ou poisson 10g par jour 20g par jour 30g par jour
Féculents Pain, pâtes fines, semoule, riz Pain, pâtes fines, semoule, riz
Céréales infantiles Facultatives, en fonction de l’appétit du nourrisson Facultatives, en fonction de l’appétit du nourrisson Facultatives, en fonction de l’appétit du nourrisson