Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV

L'activité physique pour tous

L’alimentation apporte de l’énergie que l’on mesure en calories.
Celles-ci sont utilisées par l’organisme pour couvrir tous ses besoins de base : respiration, maintien de la température, etc…
Toute activité physique, même modérée comme la marche, augmente la dépense énergétique.
Nos modes de vie actuels associent souvent une alimentation riche et abondante et une activité physique limitée.
Ceci contribue au développement rapide du surpoids et de l’obésité au sein de la population.
Une activité physique au quotidien, équivalente à une demi-heure de marche soutenue, peut vous aider à rester en bonne santé et à prévenir l’excès de poids.

Les besoins en énergie

A l’exception de l’eau et de quelques boissons sans sucre, tous les aliments apportent de l’énergie à l’organisme sous forme de calories.

Cette énergie est indispensable au quotidien ne serait-ce que pour assurer des fonctions vitales comme la respiration, le maintien de la température du corps, le fonctionnement cardiaque ou nerveux. Même en plein sommeil, notre dépense énergétique n’est pas nulle.

Chacune de nos activités quotidiennes, y compris intellectuelles, nécessite de l’énergie. Ce sont bien sûr les activités physiques qui consomment le plus de kilocalories.

Les dépenses caloriques sont très variables d’un individu à l’autre. L’âge, le sexe, le niveau d’activité physique, le poids et la taille sont à l’origine de ces différences. On considère qu’un homme adulte peu actif de taille et de corpulence moyennes dépense environ 2700 kilocalories par jour (une kilocalorie = 1000 calories).

Voici quelques estimations de dépenses énergétiques par activité :

Dépenses énergétiques pour
un homme adulte de 70 kg
Lire ou être assis devant
son ordinateur
90 kcal/heure
Marcher en flânant 180 kcal/heure
Marche rapide 250 kcal/heure
Footing, natation ou vélo Entre 400 et 600 kcal/heure selon
l’intensité

Le surpoids et l’obésité

Notre corps a la capacité de stocker les calories excédentaires apportées par l’alimentation sous forme de graisses. Ces réserves peuvent être mobilisées en cas de besoin et c’est ce qui a autrefois permis à l’homme d’affronter les périodes de disette.

Mais aujourd’hui c’est l’abondance alimentaire qui règne et nous nous dépensons en général beaucoup moins que nos ancêtres.

Ces changements expliquent en grande partie le développement rapide du surpoids et de l’obésité auquel on assiste dans de nombreux pays.

En France, près de 17 % des adultes sont obèses et près de 18% des enfants sont en surpoids ou obèses.

L’obésité affecte bien souvent l’image que l’on a de soi et ce d’autant plus que notre société ne cesse de nous renvoyer à des normes physiques et esthétiques idéalisées.

Mais le surpoids et l’obésité sont surtout de véritables enjeux de santé publique. En effet  il s’agit de facteurs de risques pour de nombreuses maladies comme les troubles cardiovasculaires, certains cancers et l’arthrose.

La prévention de l’obésité est une question complexe qui demande l’engagement de multiples acteurs.

Les professionnels de l’agroalimentaire peuvent intervenir sur la qualité et la promotion des aliments. Les pouvoirs publics peuvent impulser des campagnes de prévention et fédérer les énergies. Quant aux associations de consommateurs, elles ont un rôle de sensibilisation du public mais aussi de pression sur les autres parties prenantes.

Au niveau individuel, une alimentation variée et une activité physique régulière participent à la prévention du surpoids.

Les bienfaits de l’activité physique

En pratiquant une activité physique régulière, on augmente sa dépense calorique ce qui contribue à limiter la prise de poids. L’activité physique peut également jouer un rôle dans la prévention des troubles cardiovasculaires.

Il ne s’agit pas de devenir marathonien ou sportif de haut niveau, mais plutôt d’accorder un peu de place à un exercice physique modéré dans son quotidien.

Bien sûr, il n’est pas toujours possible de faire les trajets entre le domicile et le lieu de travail à pied ou en vélo. Cependant, il y a souvent des déplacements pour lesquels nous pouvons choisir de laisser la voiture ou le scooter au garage, par exemple pour les achats du quotidien ou pour aller chercher les enfants à l’école.

Le Programme national nutrition santé recommande l’équivalent d’une demi-heure de marche soutenue par jour.

Mais chacun peut trouver son rythme, en fonction de ses loisirs, de ses préférences et de ses déplacements quotidiens ou hebdomadaires.

Mieux vaut pratiquer une activité qui nous plaît et nous détend que de s’astreindre à des efforts trop intenses qui risqueraient de nous rebuter.

Les précautions à prendre avant de débuter une pratique sportive

En dehors des contre-indications cardiaques majeures, il n’existe pas de risque lié à une activité physique modérée.

Toutefois, si vous ne pratiquez plus d’activité physique depuis plusieurs années, il est recommandé de débuter progressivement.

Par ailleurs, si vous envisagez la pratique d’un sport intense et que vous avez plus de 35 ans pour les hommes et plus de 45 ans pour les femmes, il est conseillé de faire un bilan médical.