Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV

Gros plan sur l’affaire lactalis


AdobeStock 132545966

Existe-t-il une surveillance spécifique des salmonelles ?

Le Centre national de référence (CNR) des Salmonella à l’Institut Pasteur est chargé de surveiller les salmonelloses humaines. Chaque année, il expertise 8 000 à 10 000 souches de salmonelles, dont environ 400 à 600 provenant de bébés âgés de moins de 1 an. Toutes ne sont pas dangereuses pour la santé. Lorsqu’il y a une suspicion de contamination d’aliment par une salmonelle, le centre étudie la souche pour déterminer le type de bactérie responsable. Il s’agit de la salmonelle Agona dans les poudres de laits infantiles du groupe Lactalis.

Pourquoi des lots contaminés ont-ils été vendus malgré la procédure de rappel ?Des produits qui devaient avoir disparu des rayons et des stocks depuis décembre ont continué à être vendus par la grande distribution et les pharmacies. Du producteur au distributeur en passant par l’État, toute la chaîne a été défaillante. Tout d’abord Lactalis, qui porte la principale responsabilité, n’a pas pris les bonnes décisions. L’entreprise a continué à envoyer des lots potentiellement à risque aux distributeurs malgré les résultats d’autocontrôles mettant en évidence la présence de salmonelles dans l’unité de production.

Les distributeurs ensuite qui n’ont pas pris avec la rigueur qui s’imposait, il s’agissait d’enfants, l’alerte et la politique de retrait. Enfin, l’État dont les moyens de contrôle ont montré leurs limites. Ils n’ont pas suffi à éviter la contamination en usine et la commercialisation par un grand nombre d’enseignes des produits potentiellement contaminés.

Qui porte plainte ?
Familles des victimes et associations de consommateurs, les plaintes visant différentes infractions (mise en danger de la vie autrui, non-assistance à personne en danger, etc.) se sont multipliées contre le groupe laitier. L’association Foodwatch France et plusieurs familles de victimes ont ainsi porté plainte contre X pour 12 infractions mettant en cause Lactalis, un laboratoire, la grande distribution et les autorités publiques.

Une enquête préliminaire a été ouverte fin décembre par le pôle santé publique du parquet de Paris notamment pour « blessures involontaires » et « mise en danger de la vie d’autrui ». Nous avons porté plainte pour mis en danger de la vie d’autrui et tromperie aggravée contre Lactalis.

 

A lire aussi :

Lactalis – procédures de rappel : la CLCV demande plus de transparence et un renforcement des contrôles

Lait infantile contaminé : plus de 600 lots rappelés

Salmonelle : nouveau rappel de lots de lait infantile

 

#Lactalis #alimentation #salmonelle

·