Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV

Les Additifs

S’il n’y a pas de raison de paniquer parce que vous consommez occasionnellement un produit contenant un édulcorant ou un colorant de synthèse, il vaut mieux privilégier une alimentation à base de produits peu transformés afin d’éviter les multiples additifs ou arômes artificiels.

Cela suppose de mettre la main à la pâte mais vous verrez dans notre chapitre sur la cuisine que des solutions pratiques existent pour éviter de passer des heures aux fourneaux !

Les additifs n’ont en eux-mêmes aucune valeur nutritive. Ils sont ajoutés aux aliments pour des raisons techniques ou commerciales.

Ils permettent de rendre l’aspect et la texture des produits alimentaires plus attirants ou d’augmenter la durée de conservation des produits. Certains sont des substances naturelles comme l’acide ascorbique plus connu sous le nom de vitamine C qui permet de préserver les aliments de l’oxydation ; d’autres sont des substances issues de synthèse chimique et n’ont pas d’analogue dans les aliments naturels (c’est par exemple le cas de l’aspartame).

Dans certains cas, des additifs peuvent être utilisés pour masquer l’absence d’ingrédients plus onéreux ou l’utilisation de manières premières de moins bonne qualité (par exemple, un colorant jaune pour masquer l’absence d’œufs dans un gâteau). Certains additifs pourraient déclencher des réactions de type allergique chez certains consommateurs sensibles.

Dans la liste des ingrédients, les additifs figurent soit sous leur nom, soit sous forme de code commençant par la lettre E.

La présence de la lettre E signifie que l’additif est approuvé par l’Union Européenne, à la suite d’une évaluation par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments.

Cette évaluation scientifique, qui doit être actualisée régulièrement, permet de déterminer pour chaque additif quelle est la dose journalière admissible réputée sans risque pour la santé. Sur cette base, sont ensuite définies pour les différents aliments des doses réglementaires que les fabricants ne doivent pas dépasser.

On le voit l'usage des additifs est donc encadré. Cependant, la question des effets sur la santé d'une consommation régulière et continue de certains additifs reste posée. De même, on peut s'interroger sur les effets liés aux mélanges d'additifs qui ne sont pas évalués spécifiquement à l'heure actuelle. 

CODE TYPE Servent à ...
E100 à E199 Colorants Donner aux aliments un aspect plus coloré.
E200 à E299 Conservateurs Ralentir le développement des bactéries, des moisissures et des ferments responsables de l’altération des aliments.
E300 à E399 Antioxydants, acidifiants Les antioxydants servent à ralentir la dégradation des aliments au contact l'air (Par exemple, E300 vitamine C).
E400 à E585 Essentiellement des agents de texture : épaississants, émulsifiants... Donner ou conserver aux produits leur consistance.
E600 à E640 Agents de saveurs : exhausteurs de gout... Renforcer ou à modifier le goût des aliments (glutamate).
>E900 Autres dont agents d’enrobage, amidons modifiés Enrober, glacer, lier.
E950 à E967, E420, E421 Édulcorants Remplacer le sucre.

Les colorants azoïques

En avril 2008, le BEUC a adressé un courrier à la commission européenne lui demandant d'interdire l'utilisation de 6 colorants azoïques suite à la publication d’un avis de l'EFSA basé sur de nouvelles études scientifiques anglaises sur les possibles effets de ces additifs (allergie, lien avec l’hyperactivité des enfants).

Les études scientifiques sur leurs éventuels effets n’ont pas amené l'Autorité européenne de sécurité des aliments à revoir pour l’instant les doses journalières admissibles (DJA) établies. Cependant, depuis le 20 juillet 2010, l’étiquetage des denrées alimentaires contenant ces colorants doit comporter la mention suivante : « Peut avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention chez les enfants »