Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV
mar.
24
janv. 17

Attention aux betteraves crues

La DGCCRF recommande, par prudence, d’éviter la consommation de betteraves crues.

betterave crueTraditionnellement, on mange plutôt les betteraves rouges cuites. C’est d’ailleurs sous cette forme qu’on les achète le plus souvent. Mais, depuis quelques temps, on voit de la betterave crue partout : magazines féminins, sites de recettes, restaurants … Ce vieux légumes, plutôt associé dans nos mémoires à la cantine de l’école, prend un coup de jeune et devient nettement plus branché en étant servi cru, râpé ou en très fines tranches. Certains n’hésitent pas à le passer à la centrifugeuse pour en faire du jus. Il a alors la réputation d’être bon pour la santé.

Pourtant, aujourd’hui la DGCCRF tire la sonnette d’alarme suite à des épisodes récurrents d’intoxications alimentaires collectives (TIAC) liés à la consommation de betteraves rouges crues. Le dernier en date concernait tout de même 45 personnes en fin d’année 2016 dans la région des Pays-de-la-Loire.

Ces intoxications se traduisent par des troubles digestifs (diarrhées, vomissements) survenant rapidement après consommation de betterave crue. Ils peuvent être notamment sensibles dans le cas de personnes vulnérables (enfants, personnes âgées, individus immunodéprimés). Fort heureusement, aucun cas n’a nécessité d’hospitalisation et tout le monde a retrouvé une activité normale en quelques heures.

Ce dernier cas, ainsi que des cas similaires identifiés dans d’autres pays, conduisent néanmoins la DGCCRF à rappeler l’avis que l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) avait émis en 2014, à sa demande, à l’occasion de précédentes intoxications associées à la consommation de betteraves crues.

L’agence y rappelait que la betterave potagère est un légume consommé cuit depuis des générations. Elle indiquait également que, malgré une bibliographie fournie, aucune explication scientifique ne permet de connaître la cause des TIAC liées à la consommation de betteraves crues. En conséquence et dans l’attente de travaux de recherche complémentaires, elle recommandait de ne pas servir de betteraves crues dans les restaurants collectifs des établissements d’enseignement et dans les maisons de retraite.

Une recommandation que la DGCCRF diffuse désormais aussi à tous les consommateurs !

Commentaires   

# Boisseau 07-02-2017 12:58
Ah, si nos chères autorités administratives savaient appliquer aussi scrupuleusement le principe de précaution aux perturbateurs endocriniens et autres nanoparticules dont nous sommes gavés au quotidien !
Consommateur régulier de betterave rouge crues (bio ou de mon potager) je n'ai jamais ressenti la moindre gêne ; les courges me font beaucoup plus d'effet... ;-) Question en passant : avec quel pesticide ces betteraves avaient-elles été assaisonnées ?
Répondre
# Vernillet 09-02-2017 19:03
Je pense exactement comme vous.
Répondre
# MAIRE 09-02-2017 22:13
Pourquoi la DGCCRF met en garde contre les betteraves rouges crues ? Quelle étude a été faite ? On ne peut pas dire ne mangez pas de xx sans expliquer pourquoi !!! c'est ça être informé !
Répondre

Ajouter un Commentaire



Anti-spam: complete the taskJoomla CAPTCHA

Newsletter