Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV
mer.
16
déc. 15

Tour d’horizon des solutions locales (1/2)

En réaction à l’industrialisation de la nourriture et à la perte de confiance qu’elle entraine, de nombreux consommateurs souhaitent se tourner vers des circuits alimentaires de proximité.

Vente directe à la ferme ou livraison à domicile 

vente directeC’est historiquement la solution la plus ancienne puisque nos grand-mères y avaient déjà recours. Les agriculteurs proposent au consommateur qui fait l’effort de se rendre sur l’exploitation d’y acheter une partie de la production : lait, fromages, fruits et légumes, œufs, viande … Mais aussi miel, confitures, ou produits transformés … Tous les produits du terroir, qu’ils soient issus de l'agriculture biologique ou non sont disponibles selon les régions.

Le prix est fixé par le producteur et correspond à ce qu’il considère être une juste rémunération. Premier bémol, il faut avoir le temps de se rendre sur l’exploitation. Ou bien s’inscrire pour bénéficier d’une livraison à domicile si l’agriculteur organise une tournée. Autre inconvénient, un agriculteur ne propose en général qu’une offre limitée de produits.

Les AMAP et assimilés

amapCes Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne regroupent des consommateurs autour d'un producteur local. Sur la base d'un contrat d'engagement durable, le producteur s'engage à fournir aux consommateurs adhérents un « panier » de manière périodique, par exemple chaque semaine. De son côté, le consommateur accepte de payer par anticipation ses paniers et de découvrir à chaque livraison leur contenu de saison. C’est sur le même principe que fonctionnent les Jardins de Cocagne qui ont en plus la particularité de permettre à des personnes rencontrant des difficultés sociales et professionnelles de retrouver un emploi. Ces deux types de structures proposent principalement des produits alimentaires certifiés BIO : fruits, légumes, œufs, fromages, viande...

Il s’agit donc de véritables formes de soutien à l’agriculteur quels que soient les risques encourus par ses récoltes (accidents climatiques, rendement moindre sur un produit…). Un des inconvénients à l’adhésion reste la durée de l’engagement (6 mois ou 1 an). Mais c’est surtout le fait de ne pas choisir le contenu de son panier qui rebute de nombreux consommateurs, notamment les moins férus de cuisine, à s’engager dans cette démarche locale.

Cueillette chez les producteurs

panier de fraisesDes agriculteurs ouvrent leurs potagers ou leurs vergers et permettent aux consommateurs de venir cueillir eux-mêmes les fruits ou les légumes. Côté fraîcheur, le succès est garanti. C’est aussi souvent l’occasion de faire une sortie avec les enfants, de les initier aux produits de la terre et de discuter des modes de production avec les paysans.

Bien sûr, ces cueillettes sont fortement liées au rythme des saisons et aux conditions climatiques. Les sites ouvrent généralement au printemps et ferment quand l’hiver arrive, avec quelques moments forts comme la cueillette des fraises, des tomates ou des pommes.

Principal atout : le prix ! Comme c’est vous qui cueillez, un bon rapport qualité/prix est au rendez-vous … avec en plus une bon prétexte pour faire une activité physique.

Lire la suite ...

Ajouter un Commentaire



Anti-spam: complete the taskJoomla CAPTCHA

Newsletter