Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV
mer.
28
mars 12

Du fromage sans fromage

Le consommateur peut-il manger du « faux fromage » à son insu ?

pizzaPersonnellement, dans les rayons des grandes surfaces autour de chez moi, je n’ai jamais croisé de produits contenant ces étranges ingrédients. Mais suite à la diffusion de nombreux messages sur le Net et pour répondre à nos internautes qui s’interrogent, il convient de faire le point !

Oui, les ingrédients analogues autrement dit du fromage ou de la viande qui n’en sont pas existent bel et bien ! Les industriels y ont parfois recours en tant qu’ingrédients pour limiter les coûts de fabrication des produits alimentaires. Ainsi telle pizza ne sera pas recouverte de fromage (du vrai, fait à partir de lait) mais d’un analogue de fromage. En clair, il s’agit d’ersatz de fromage composés de matière grasse végétale (souvent de l'huile de palme), de protéine laitière, d’amidons ou carrément d’un mélange d’amidons et de gélifiants.

Si du point de vue gustatif cela n’a, a priori, pas grand-chose à voir avec de la mozzarella ou de l’emmenthal, cela n’est ni dangereux ni même illégal. À condition bien sûr que le consommateur ne soit pas berné et n’ait pas l’impression d’acheter un aliment contenant du fromage !

Le règlement européen 1169/2011 du 25 octobre 2011 est assez clair sur ce point. Il interdit notamment de suggérer la présence d’un ingrédient qui aurait été remplacé par un ingrédient différent. Si un industriel veut employer, pour des raisons d’économies, un analogue de fromage, il devra le mentionner de façon lisible à proximité du nom du produit.

Ce texte est applicable à partir de décembre 2014 et pour l’instant nous ne voyons pas encore de pizzas aux « analogues de fromages » dans les rayons. Pour en avoir le cœur net, reportez-vous à la liste des ingrédients, c’est le moyen le plus sûr de savoir ce que vous achetez !

Ajouter un Commentaire



Anti-spam: complete the taskJoomla CAPTCHA