Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV
mar.
15
nov. 16

Intolérances, allergies : attention à l’autodiagnostic !

Les consommateurs sont de plus en plus nombreux à recourir aux tests de dosages d’intolérances alimentaires en vente sur Internet. Or les dosages d’IgG anti-aliments ne sont pas fiables.

Rayon sans gluten

Depuis quelques années, les régimes sans gluten et/ou sans lactose sont à la mode. D’autant plus qu’ils sont vantés par des célébrités ou des athlètes de niveau international. De ce fait, le marché des produits « sans » explose et s’étend désormais aux marques des distributeurs.

Autre marché florissant, celui des kits de diagnostic ! Ils sont accessibles via Internet ou dans certains laboratoires d’analyse, même sans prescription médicale.

Test à la carte

Ces tests de dosage des IgG (immunoglobulines G) anti-aliments, appelés aussi « dosages d’intolérances alimentaires », prétendent diagnostiquer de nombreuses allergies et intolérances alimentaires. Ils ne se cantonnent pas aux allergènes majeurs (lactose, gluten, arachide, etc.) mais ratissent large pour enrichir leur offre de prestation.

Par exemple, sur un site spécialisé, pour 98 €, on peut tester 22 aliments auxquels on est peut-être intolérants. Pour 500 €, la liste s’allonge et on peut tester jusqu’à 270 aliments (tout un tas de viandes, légumes, fruits, épices, thé, café, etc.).

La transmission des résultats s’accompagne de régimes alimentaires d’éviction censés améliorer diverses maladies.

Chers et inutiles

En plus d’être onéreux, les tests IgG anti-aliments sont inutiles. En effet, la synthèse d’IgG anti-aliments est un phénomène immunologique normal, nécessaire à la tolérance de notre organisme vis-à-vis des aliments. Leur présence reflète donc les habitudes alimentaires de chacun d’entre nous. Autrement dit, si on consomme plusieurs fois des carottes, on trouvera forcément dans son sang un peu d'IgG anti-carottes, ce qui ne veut pas dire qu’on est intolérant à la carotte. 

Mise en garde

Si les kits de dosages possèdent bien un marquage CE qui atteste que leur utilisation n'est pas dangereux en soi, ils n'en sont pas pour autant efficaces en tant qu’outil médical de diagnostic. Ils sont d'ailleurs commercialisés en France sans autorisation préalable de l’Agence nationale de sécurité du médicament. C’est pourquoi la Société française d’allergologie (SFA) a mis en garde les consommateurs contre l’utilisation inappropriée de ces tests. En effet, en cas d’inflammation chronique intestinale, de douleurs récurrentes, de ballonnements, d’apparition d’eczéma, recourir de sa propre initiative à ces dosages peut retarder le diagnostic d’une pathologie sérieuse.

En cas de suspicion d’intolérance ou d’allergie alimentaire, nous vous conseillons donc de consulter votre médecin généraliste. Il jugera de l’opportunité de demander l’avis d’un gastro-entérologue ou d’un allergologue. Ils mettront en place si nécessaire un régime d’exclusion alimentaire.

Pourquoi y a t-il des améliorations suite à la mise en place d’un régime alimentaire après recherche des IgG anti-aliments ?

Certains d’entre nous souffrent d’intolérance aux FODMAPs (Fermentescibles Oligosaccharides, Disaccharides, Monosaccharides And Polyols) présents dans des aliments d’origine végétale ou animale. Il peut s’agir d’intolérance liée à un déficit enzymatique acquis comme le déficit en lactase (l’enzyme permettant de digérer le lactose). Il peut aussi s’agir d’une prolifération anormale de la flore bactérienne fermentative dans l’intestin grêle. Chez d’autres patients, l’amélioration observée est liée à l’élimination d’une alimentation trop riche en histamine. Des conseils d’éviction basés sur l’analyse des habitudes alimentaires par une diététicienne permettent une disparition des symptômes, sans recourir à des dosages d’IgG anti-aliments onéreux.

Taggé sous

Ajouter un Commentaire



Anti-spam: complete the taskJoomla CAPTCHA