Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV
mer.
29
janv. 14

Panga : que faut-il en penser ? (2ème partie)

Peut-on acheter du Panga élevé durablement ?

panga

Face aux nombreuses critiques sur l’élevage du Panga, le Vietnam principal producteur, a promis d’améliorer l’aquaculture de ce poisson et s’est engagé dans la certification de ses élevages.

Pour être durable, un élevage aquacole doit permettre une gestion intelligente de l’eau, des terres et des poissons. Cela comprend entre autre des cages d’élevage sûres, une densité d’élevage raisonnable, la traçabilité de l’alimentation végétale ou à base de poissons, une administration maîtrisée de traitements médicamenteux aux poissons, la maîtrise des effluents et des rejets... À cela s’ajoutent des conditions de travail qui ne mettent pas en danger la santé des nombreux travailleurs de ce secteur et un salaire décent. Sans compter bien évidemment, s’agissant d’animaux élevés au Vietnam pour le marché européen, la conformité à la législation européenne.

Mais, dans ce secteur de production récent, il n’existe pas de véritable label, connu et reconnu par le consommateur. On dispose tout au plus de certifications privées et de démarches volontaires contrôlées par des tierces parties indépendantes.

Le plus courant est le certificat Global GAP qui garantit la durabilité depuis l’élevage jusqu’à la transformation et la distribution. Il vise plus particulièrement la qualité, la sécurité alimentaire, les exigences environnementales et l’hygiène. Malheureusement, il est surtout à usage des professionnels et n’est pas visible par le consommateur. Pas de logo, pas de marquage, tout au plus, parfois, un vague numéro sur l’emballage... En clair, il est très difficile de savoir si le Panga présent en rayon provient ou non d’un élevage ayant choisi de respecter ce code de bonnes pratiques.

logo ASCDepuis 2011, la certification ASC (Aquaculture Stewardship Council) existe. C’est en quelque sorte l’équivalent du MSC, une des certifications s’appliquant à la pêche durable de poissons sauvages. Le but du logo ASC est de garantir que les poissons ont été élevés dans des conditions respectueuses de l’homme et de la nature. S’il existe une trentaine de fermes d’élevage certifiées au Vietnam, pour l’instant je n’en ai pas encore vu de Panga ASC en vente en France.

Quant à l’Union Européenne qui pourrait porter un projet d’écolabel applicable à l’aquaculture, avec des directives claires et ciblées, elle est pour l’instant aux abonnés absents. Dommage !

Lire Panga : que faut-il en penser ? (1ère partie)

La suite demain

Taggé sous

Ajouter un Commentaire



Anti-spam: complete the taskJoomla CAPTCHA