Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV
jeu.
14
avril 16

Vers une limitation des usages du glyphosate ?

Le Parlement européen s'est prononcé pour une autorisation du glyphosate restreinte à ses usages agricoles.

traitement au glyphosateL’autorisation du glyphosate dans l’Union européenne expire en juin 2016. C’est dire si les discussions vont bon train à Bruxelles et Strasbourg pour savoir s’il faut prolonger ou non l’autorisation de cet herbicide très fréquemment utilisé par les agriculteurs et les jardiniers amateurs. D’autant que la dangerosité de ce désherbant fait débat entre le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) et l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

Après moult discussions, une possibilité de compromis semble se dessiner. En particulier, grâce à la résolution, non contraignante, adoptée le 13 mars 2016 en session plénière du Parlement européen.

Dans ce texte, les eurodéputés vont moins loin que ne le souhaitaient les membres de la commission Environnement du Parlement qui appelaient au non-renouvellement pur et simple de l’autorisation. Ils demandent néanmoins à la Commission européenne de renouveler cette autorisation de commercialisation du glyphosate seulement pour une période de 7 ans, au lieu des 15 proposées à l'origine. Avec la possibilité de retirer l'approbation de la substance active pendant la période durant laquelle elle est autorisée si elle ne remplit plus les critères d'approbation.

Autre fait marquant, cette autorisation est assortie de restrictions.
Les députés considèrent, en effet, que la Commission ne devrait pas autoriser les usages non professionnels de la substance. En particulier, son utilisation ne devrait pas être approuvée dans les parcs publics, les plaines de jeux et les jardins publics, ou à proximité de ceux-ci.
Même certains usages agricoles pourraient être interdits dans la mesure où ils entraînent une exposition accrue pour l'homme. Par exemple, le « green burndown ». Cette pratique consiste à répandre un herbicide afin de tuer une plante cultivée préalablement à la récolte afin d'accélérer sa maturation et d’en faciliter la récolte.

De plus, le Parlement souhaite mettre fin au secret industriel et prie l’EFSA et la Commission de publier l’ensemble des données des études publiques et privées. En parallèle, il appelle la Commission européenne à diligenter une évaluation indépendante sur le potentiel cancérogène et perturbateur endocrinien de cette molécule.

Prochaine étape en mai, date à laquelle les experts nationaux se prononceront sur cette proposition.

Taggé sous

Commentaires   

# Anne FONFRIA 26-04-2016 14:13
Bonjour,

L'interdiction du glyphosate et autres produits agricoles potentiellement nocifs me concerne totalement. J'habite en milieu rural "profond" au milieu de cultures de céréales, produits fourragers, produits destinés à la consommation animale pour nos éleveurs.
Bien que ce soit théoriquement interdit, qu'il y ait ou non du vent en rafale, les agriculteurs passent leurs produits dont on voit voler les nappes jusques sur nos propres cultures familiales (vergers, jardin d'agrément.. potager..); D'une part, ce n'est guère économique pour le rendement, mais d'autre part, ces produits déversés larga manu, quand ils sont brumisés dans l'atmosphère JE LES RESPIRE DEPUIS PLUS DE 40 ANS!!! Est-ce de là que viennent mes problèmes respiratoires ?? Peu importe. Mais l'inconséquence des députés européens qui autorisent l'emploi de ces poisons alors qu'ils savent très bien que leur usage n'est pas du tout surveillé sur place relève de l'INCOMPETENCE LA PLUS TOTALE et de l'INADAPTATION STRICTE à un poste de responsabilités.
De toutes façons, soit ces produits sont TOXIQUES et il faut les retirer TOTALEMENT (sinon, ça fait un peu "je t'empoisonne encore mais à petite dose, cela me permet de continuer à percevoir ma commission)soit ils ne sont pas dangereux et alors pourquoi cette polémique ?
La culture du secret est INACCEPTABLE dès lors qu'elle a un lien, aussi ténu soit-il, avec la santé publique. L'air, l'eau, la matière vivante sont des biens COLLECTIFS puisqu'ils sont indispensables à la vie.
Je ne sais trop comment exprimer correctement mon indignation, ma rage, ma colère qui grandissent et se renforcent au fur et à mesure de ce que j'entends ou lis. Cette société de marchandisation à outrance au mépris de tout respect de l'être humain et de toute structure sociale ne me convient pas et je ne suis pas la seule, mais je me sens démunie, utilisée comme une marchandise, flouée...
Merci de votre écoute.
Répondre

Ajouter un Commentaire



Anti-spam: complete the taskJoomla CAPTCHA