Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV
lun.
09
nov. 15

Viandes rouges, viandes transformées et cancers : faut-il avoir peur ?

Suite à la publication du communiqué de presse du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) les consommateurs s’interrogent.

viande transformeeLes médias ont fait grand bruit des conclusions du CIRC. La consommation de viande rouge (bœuf, veau, porc, agneau, mouton, cheval et chèvre) est classée comme probablement cancérogène pour l’homme (groupe 2A). Quant aux viandes transformées, c'est-à-dire la charcuterie, les hot-dogs, le jambon, les lardons, les saucisses, le corned-beef, les viandes en conserve et les préparations et les sauces à base de viande, elles ont été classées cancérogènes pour l’homme (groupe 1), sur la base d’indications suffisantes faisant un lien entre consommation de ces produits et cancer colorectal.

Pas une surprise

Avant de dire au revoir à tout jamais au steak et au saucisson, il convient de prendre un peu de recul.

Si le communiqué du CIRC est à la une des médias, ce n’est pas pour autant le scoop de l’année ! Par le passé, l’ANSES et l’Institut national du cancer (Inca) sont déjà parvenus à de telles conclusions. Et plutôt que de nous pousser à renoncer à la viande, l’agence de sécurité avait alors recommandé de limiter la consommation de viandes à 500 g par semaine au plus(*) et de varier les sources de protéines animales (œufs, viandes, poissons). Bref, d’adopter un régime équilibré !

Tabac, alcool, pollution sont plus dangereux

Comme le rappelle, le CIRC, même si la viande transformée a été classée dans la même catégorie que le tabagisme ou l'amiante, cela ne signifie pas pour autant qu'elle est tout aussi dangereuse. De plus, les cancers sont des maladies complexes, résultant de l'interaction entre un grand nombre de facteurs de nature génétique, propres à chaque individu, comportementaux (tabagisme, pratique d'une activité physique, …) ou encore de nature environnementale au sens large, y compris l'alimentation.

Qu’en est-il de la consommation de viande en France ?

Pour le CIRC, chaque portion de 50 grammes de viande transformée consommée tous les jours augmente le risque de cancer colorectal de 18 % environ. Et si le lien entre consommation de viande rouge et cancer était confirmé, cela conduirait à une augmentation de 17% du risque de cancer colorectal pour chaque portion de 100 grammes de viande rouge consommée par jour.

D’après les données du CREDOC, un consommateur français d’âge adulte mange en moyenne un peu moins de 70 g de viandes de boucherie par jour. Et la tendance n’est pas à la hausse ! Quant à la Fédération française des industriels charcutiers, traiteurs et transformateurs de viande (FICT), elle estime que les Français ne consomment que 36,6 g de charcuterie par jour.

La meilleure prévention contre les cancers reste l’adoption d’un mode de vie sain, sans tabac. Cela passe par une alimentation équilibrée et diversifiée, permettant la maitrise des apports caloriques afin d’éviter le surpoids et par la pratique d’une activité physique régulière.
Pour savoir où vous en êtes, l’Institut national du Cancer propose un test en ligne « Prévention cancers : le test, 3 minutes pour faire le point ».

(*)L’ANSES pourrait éventuellement préciser ces recommandations après l’examen des données du CIRC.

Taggé sous

Ajouter un Commentaire



Anti-spam: complete the taskJoomla CAPTCHA