Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV
ven.
27
sept. 13

Combien de caféine dans mon café ?

Quelques éléments de réponse à cette question fréquemment posée.

tasse de cafeDans une étude visant à comparer les teneurs en différents contaminants chimiques des cafés, l’ANSES a mesuré les teneurs en caféine des cafés préparés à l’aide de dosettes souples ou expresso en capsules.

Il apparaît que les cafés issus de ces nouveaux modes de préparation contiennent des concentrations moyennes en caféine plus élevées que celles du café filtre. Par ailleurs, comme le montre le tableau, la concentration de caféine est plus élevée pour les expressos obtenus par une technologie « capsule » que pour les dosettes. Y compris lorsqu’on remplit soi-même sa capsule avec du café standard.

  Café filtre Moyenne
Cafés Dosettes
Moyenne
Cafés Capsules
Capsule à remplir
Teneur en caféine
mg/100 ml
50  75.50  150  126 
Teneur en caféine
pour 1 tasse de 75 ml 
37.50 mg 56.60 mg 112.50 mg  94.50 mg 

 

À première vue, ces teneurs peuvent sembler plus élevées que la teneur affichée sur les canettes des boissons énergisantes vendues en France (32 mg/100 ml). Elles sont finalement assez proches lorsqu’on les rapporte à l’unité de consommation et qu’on compare 1 tasse de café avec 250 ml de Red Bull (80 mg de caféine).

Attention cependant ! Les modes de consommation sont différents ! Tout comme le marketing associé !

Peu de jeunes (moins de 10 ans), de pré-ados (11 à 13 ans) ou d’adolescents consomment du café (jugé amer) alors qu’ils sont nombreux à goûter aux boissons énergisantes (si sucrées) de manière occasionnelle voir régulière.
La consommation de café est également rarement associée à celle d’alcool ou à un effort physique alors que tout le marketing des marques de boissons énergisantes tourne justement autour de la fête ou du sport.

N’oublions pas que quelque soit la forme sous laquelle on consomme la caféine (café, boisson énergisante, boisson au guarana...), à des concentrations élevées, ses effets sont négatifs. Des troubles tels qu’anxiété, tremblements, irritation, accélération du rythme cardiaque peuvent survenir, avec d’importantes variations d’un individu à l’autre. Des interactions avec certains médicaments augmenteraient également les risques d’effets secondaires. Tout comme l’état de santé du consommateur (épilepsie, diabète, troubles du comportement et de l’humeur, anomalies cardiaques ou troubles cardiovasculaires).

Taggé sous

Ajouter un Commentaire



Anti-spam: complete the taskJoomla CAPTCHA