Imprimer cette page
08/02/2013

Contamination de coquillages par des norovirus

Le préfet de la Manche a décidé d'interdire, à compter du 7 février 2013, la pêche récréative et professionnelle, le ramassage, le transfert, l'expédition et la commercialisation de tout coquillage en provenance de l’une des principales zones de production d’huîtres bas-normande, dans une zone d’environ 5 kilomètres autour de Blainville-sur-Mer (*) dans la Manche.

Les produits expédiés depuis le 28 janvier 2013 sont retirés de la vente et rappelés par les producteurs, en vue de leur destruction.

Cette décision fait suite à la survenue de cas d'intoxications collectives suite à la consommation de coquillages en provenance des dépôts de la zone de production de Blainville-Gouville. Le résultat des analyses réalisées par le Laboratoire National de Référence « Microbiologie des Coquillages » montre une contamination en norovirus des huîtres creuses prélevées le 28 janvier 2013 dans la zone considérée.

Cette mesure a pour but d'assurer la protection du consommateur. La consommation de coquillages susceptibles d'être contaminés par des norovirus représente en effet un risque pour la santé publique et peut entraîner, dans la majeure partie des cas, des désagréments gastriques.

La levée de cette interdiction sera conditionnée à un retour à des conditions favorables en terme de santé publique.

(*)Tout coquillage en provenance de la zone de dépôt de la zone de production n° 50-14 Blainville-Gouville est concerné par ce rappel.

Publié le 08/02/2013

Les norovirus sont la troisième cause d’intoxications alimentaires collectives en France (la première cause étant les salmonelles), et la principale cause de gastro-entérites en France. Ils sont transmis la plupart du temps de personne à personne, mais peuvent aussi l’être par la consommation d’aliments (des huîtres dans la plupart des cas) ou d’eau contaminés.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer la contamination de coquillages par des norovirus : un rejet important dans l’environnement, pendant la période hivernale, de ces virus résistants au froid ; un déversement d’eaux usées accidentel, lié par exemple à des systèmes défectueux d’assainissements ; des pluies importantes ; etc.

Dernière modification le 13/02/2013