Les sites de la CLCV
Adhérer à la CLCV

La CLCV fait condamner Candia

La CLCV vient d’obtenir la condamnation de la société Candia pour publicité trompeuse sur son produit « Silhouette Active ». 

affiche pubLa CLCV vient d’obtenir, à l’issue de deux années de procédure, la condamnation en première instance de la société Candia pour publicité trompeuse sur son produit « Silhouette Active ». Présentée comme un  coupe-faim et vendue deux fois plus cher que les produits de sa catégorie, cette briquette de lait enrichi en acides gras végétaux n’a jamais fait la preuve de son efficacité.

Le produit a été mis sur le marché en 2008 alors qu’un an auparavant l’Agence française de sécurité alimentaire avait rendu deux avis négatifs sur son soi-disant « principe actif ». Les experts de l’agence indiquaient notamment que les informations fournies « ne permettaient pas de considérer comme scientifiquement fondées les allégations proposées ». Devant une tromperie aussi évidente, la CLCV a saisi le tribunal d’instance de Paris afin de mettre un terme à une communication manifestement déloyale.

Le tribunal vient de nous donner raison en condamnant Candia à retirer toutes les allégations « santé » figurant sur l’emballage du produit et sur ses publicités.

Ce résultat, dont Candia peut certes faire appel, est bien sûr important mais il ne doit pas occulter le fait que des millions de consommateurs ont été abusés pendant des années. En effet, les vertus de Silhouette Active ont été abondamment promues via des campagnes de publicité télévisée et d’affichage, des distributions gratuites et bien sûr un site internet.  Nous considérons qu’il s’agit là d’une tromperie de grande ampleur portant sur un créneau, celui des produits « minceurs », où les attentes des consommateurs sont particulièrement fortes.

Cette affaire montre une nouvelle fois qu’il est plus que temps que le règlement communautaire de 2006 sur les allégations nutritionnelles et de santé entre en application. Une étape décisive sera franchie le 14 décembre prochain puisqu’à compter de cette date tout slogan ne figurant pas sur la liste communautaire des 222 allégations autorisées à ce jour sera interdit. 

Publié le 20/11/2012